<

























 

Poèmes Janvier 2018

 

N’aie pas peur de vieillir

Une nouvelle maison, c’est un roman,

jour après jour, à écrire…

Une maison que le temps a délabré,

est une histoire à découvrir…

Elle est de toute une vie le souvenir

et son savoir, la richesse qui est de notre monde,

les racines.

Le temps qui s’est écoulé sur ses murs,

il est vrai, la fait gémir.

Ce sont ceux de notre corps, les marques

que trahissent nos rides.

Preuve incontestable de jours et de nuits

passés à grandir.

Alors, n’aie pas peur en ce monde

de vieillir.

Car c’est grâce à toutes ces années

qu’au moment venu, dans l’infini,

tu déposeras le plus grand

des best-sellers, l’histoire unique de ta vie.

 

Josiane Martini

 une-belle-et-vieille-maison-au-yaudet

Poème février 2018

 

L’espérance des anneaux

 

Au fil du temps, les Hommes ont fixé

sur leur calendrier une date,

l’espérance d’un amour

qui pourrait durer toujours.

Ils rêvent de pouvoir, qui sait, se marier !

De vivre en cette terre de beaux jours,

par une union qui se consoliderait

en ce mois de février…

Et que par le symbole des anneaux,

il leur soit donné de créer

une cellule de nouveau.

Que cela vous soit donné !

Josiane Martini

 

 Marriage-holding-hands1

Poème mars 2018

 

Le défi de la vie

Notre bonne terre, doucement se tend vers le printemps.

Pourtant, cette année, l’hiver ne l’a, hélas, que trop malmenée.

Elle a vu des trombes d’eau sillonner son corps et

faire déborder de leur lit les cours d’eau qui chantaient en elle.

Les avalanches, sous le poids de la neige ont tout emporté

sur leur passage, la défigurant, la blessant.

Quant aux tempêtes, elles ont saccagé ses forêts,

brisant ses arbres parfois centenaire, leur arrachant

leurs bras, les couchant à terre…

Mais sa plus grande douleur est de voir la souffrance

de cette multitude d’enfants dont elle a la charge,

les hommes, créatures de Dieu.

Mais, malgré toutes ses blessures, notre mère relève

encore et encore le défi de la Vie…

Mais nous les hommes, lorsque le destin nous jette

à terre, nous brise, que faisons-nous ?

Si nous arrêtions de pleurer sur nous, comme si nous

étions les seules victimes du destin !

Si nous regardions plus loin et allions à l’essentiel…

la Vie qui court encore en nous et relevions la tête

pour ceux qui sont près de nous, pour nous, et

prenions dans nos mains notre colère,

notre désespoir et en faisions une force

pour, comme la terre notre mère,

relever le défi de la Vie !

Alors, prenons un instant et avançons

chaque jour ; car ce n’est certes pas en pleurant

sur soi que l’on pourra se donner une chance

de cueillir le fruit de notre bataille.

Josiane Martini

 plante

Poème avril 2018

Remercie l’espérance

En ce mois d’avril, l’amour de Dieu

par son fils crucifié et sa résurrection

nous a offert l’espérance et pourtant !

Dans notre quotidien qu’en faisons-nous ?

Savons-nous nous nourrir de la plus belle

force qui nous fût donnée en ce monde,

l’espérance ?

Ou, ne cessons-nous pas de pleurer, de

geindre d’un présent qui dans la seconde

qui suit est déjà passé ; au lieu de nous donner

la grâce de, portés, par l’espérance,

aller vers demain.

Ne pas se battre pour garder l’espérance,

c’est s’emprisonner dans une paralysie

où notre âme se meurt et

notre esprit de perd.

Alors, apprenons à cultiver l’espérance qui,

tout comme l’arc-en-ciel, est source

de couleurs, de ciel, d’histoire,

où l’homme, par cette espérance peut retrouver

le bonheur, celui de vivre et d’aimer.

Pour cela, apprenons à dire Merci !

Josiane Martini

 
2016-les-pistes-de-l-espoir-pour-un-monde-meilleur width1024 

Poème Mai 2018

Sème à tout-va

A chaque printemps, la terre, quoiqu’encore tout essouflée

dans ses entrailles, ayant retrouvé les graines

que le temps a malmené, pour avec soin, les amener

à une renaissance, afin de nous offrir le plus beau des

parterres de fleurs au mille couleurs.

Mais nous, savons-nous que

la vie est un extraordinaire miroir

où chacun est à même de se voir,

pour en toute humilité, en face, se regarder

afin de réaliser toutes nos erreurs passées.

En ce temps de renaissance

dont tous n’auront pas cette chance

reconnaissons que nous sommes parfois sortis de nos rails

et avec courage, remettons nous au travail.

Riches, quel que soit notre passé

pour savoir enfin l’accepter et

de nouveau, vers demain, avancer.

Et les leçons enfin apprises,

devenir des semences de bonheur,

semant à tout-va, à toute heure.

Seule vraie mission pour chacun ici-bas :

semer à la volée des graines de bonheur.

Ainsi, nous pourrons regarder avec émoi

notre récolte dans le miroir de la vie…

celle qui n’est pas pour soi et nous

ouvrira les portes de l’infini.

Alors, même si la terre est dure à labourer,

ne cessons pas de semer

encore et encore des graines de bonheur.

Josiane Martini

 
 semer-a-la-volée

Poème Juin 2018

 

Le soin des graines

En ce mois de juin, les comptes sont à faire,

avons-nous les bonnes graines plantées ?

Avons-nous su en prendre bien soin et

chaque soir les arroser ?

Qu’importe, il est un peu tard pour autant

de questions car les dés sont jetés.

Peut-être devrons-nous tout recommencer

ou tout simplement sur la touche rester.

Mais, bien que les jours nous soient comptés,

rien ne doit nous empêcher de rêver.

A nous tendre vers notre futur ou imaginer

le pays du soleil levant qui au fond de nous,

nous a tant fait espérer.

Josiane Martini

Traiter-biologiquement-son-potager 

Poème Juillet 2018

Les vacances

Les vacances sont là,

mais qui sommes-nous en vacances ?

Jouons-nous un rôle ?

Avoir des vacances nous donne-t-il

le droit de faire n’importe quoi ?

De nous prendre pour n’importe qui,

n’importe quoi, toisant du regard

ceux qui sont là ?

Une telle chance nous autorise-t-elle

à faire acte de pouvoir ?

Alors, si nous cultivions ces instants,

réalisant notre chance, pour être meilleur.

Un regard, un sourire pour celui qui ne peut pas

se permettre de s’arrêter de travailler.

Un peu de bienveillance dans ce monde

d’exigences, afin de ne pas oublier

que dans quelques jours, ce sera à nous

d’être de l’autre côté du comptoir.

N’oublions pas que nous récolterons

ce que nous aurons semé.

Alors !

Josiane Martini

 
 43086535 l-768x512